Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 06:00

Elle est arrivée au courrier du jour, cette enveloppe neutre et mystérieuse où son nom est écrit d'une écriture un peu penchée mais appliquée et élégante. Le coeur battant, la jeune femme hésite un peu avant de la retourner pour chercher sa provenance mais aucun indice pour l'éclairer ... Alors, rapidement, à l'aide du coupe-papier d'argent posé sur son bureau, elle l'ouvre d'un geste vif, impatiente de découvrir son contenu.

Et le carton d'invitation lui saute aux yeux avec ses lettres dorées, son titre accrocheur et la date qui s'affiche au centre. Mais ... c'est aujourd'hui !! Qui donc peut lui offrir cette entrée pour deux personnes ? Qui connaît la date de son anniversaire et ses goûts, au point d'avoir deviné justement quelle pièce elle souhaitait voir au théâtre ?

Si ma soeur Michèle, à qui je pense très fort en cette occasion, n'a pas l'opportunité de sortir ce soir pour fêter l'évènement, elle pourra s'en donner l'illusion et souffler ses bougies en admirant les toiles et citations que je lui offre en ce mercredi 22 février.

Vue de la salle du Grand-Théâtre de Bordeaux en 1830 Thomas Olivier

Vue de la salle du Grand-Théâtre de Bordeaux en 1830 Thomas Olivier

Le Théâtre de Marie Antoinette au Petit Trianon du Château de Versailles

Le Théâtre de Marie Antoinette au Petit Trianon du Château de Versailles

Le théâtre est le domaine des apparences.

Louis Jouvet

Devant le théâtre du Vaudeville à Paris, Peinture de Jean Béraud

Devant le théâtre du Vaudeville à Paris, Peinture de Jean Béraud

Viens voir les comédiens
Voir les musiciens
Voir les magiciens
Qui arrivent
 
Si vous voulez voir confondus les coquins
Dans une histoire un peu triste
Où tout s’arrange à la fin
Si vous aimez voir trembler les amoureux
Vous lamenter sur Baptiste
Ou rire avec les heureux
Poussez la toile et entrez donc vous installer
Sous les étoiles le rideau va se lever
Quand les trois coups retentiront dans la nuit
Ils vont renaître à la vie, les comédiens
 
Les Comédiens - Charles Aznavour (Extrait)
Women with a pearl necklace in a loge (femme au collier de perle dans une loge), Peinture de Mary Cassatt

Women with a pearl necklace in a loge (femme au collier de perle dans une loge), Peinture de Mary Cassatt

Une pièce de théâtre, c'est quelqu'un.

C'est une voix qui parle, c'est un esprit qui éclaire, c'est une conscience qui avertit.

Victor Hugo

Un loge aux Italiens (1874), Peinture de Zeva Gonzales

Un loge aux Italiens (1874), Peinture de Zeva Gonzales

Le théâtre. C’est le lieu idéal pour une confrontation avec le Temps. Sur une scène, ce combat prend vraiment son ampleur. Le théâtre, c’est une course contre la montre. Une tragédie doit trouver son rythme en deux tours de cadran. Une intrigue doit se nouer en quelques minutes. Se dénouer en quelques secondes. Vous disposez d’un temps donné pour raconter votre histoire, d’un autre espace de temps pour faire évoluer l’humeur de vos spectateurs, de quelques instants pour faire naître un sourire, déclencher un rire, d’une toute petite pause pour qu’une larme perle à la paupière d’une petite dame au troisième rang. Et tout cela dans un savant mélange, un dosage aléatoire et en perpétuel équilibre.


 Jean-Paul Alègre -  Extrait de Jeux de planches. L’Avant-scène théâtre

La loge au théâtre, Peinture de Albert Guillaume

La loge au théâtre, Peinture de Albert Guillaume

In the loge (dans la loge), Peinture d'Everett Shinn

In the loge (dans la loge), Peinture d'Everett Shinn

Car elles écoutent, c'est un fait. Pressées les unes contre les autres, orientées vers l'estrade comme des corolles vers la lumière solaire, elles sont aussi diverses qu'un parterre de pensées où les traits de chaque petit visage de fleur, peints en touches de velours foncé sur une face de velours clair, sourient moins, ou pleurent mieux, ou s'étonnent davantage, que ceux de la fleur sa voisine.

Elles écoutent, non sans travail et sans fatigue. Lever le menton, baisser les cils, rapprocher un peu les sourcils, voilà pour l'écouteuse de l'orchestre. S'accouder, une main à la joue, balayer la salle d'un regard voilé et lent, voilà pour la dame des loges et des baignoires. Il faut aussi sourire à propos, rire, hocher la tête, murmurer de plaisir ... Elles n'y manquent pas ; l'une, en outre, bat des paupières précipitamment comme si on lui contait trop vite des choses qui essoufflent. Sa voisine suit, d'un balancement de tête et de plumes, la cadence des phrases, ainsi qu'on fait au concert ...

Colette - Les belles écouteuses (extrait) Dans la Foule

Théâtre du Gymnase, Peinture de Aldoph von Menzel

Théâtre du Gymnase, Peinture de Aldoph von Menzel

Le théâtre n’est pas le pays du réel : il y a des arbres en carton, des palais de toile, un ciel de haillons, des diamants de verre, de l’or de clinquant, du fard sur la pêche, du rouge sur la joue, un soleil qui sort de dessous la terre. C’est le pays du vrai : il y a des cœurs humains dans les coulisses, des cœurs humains dans la salle, des cœurs humains sur la scène.

Victor Hugo

In the loge (dans la loge), Peinture de Mary Cassats

In the loge (dans la loge), Peinture de Mary Cassats

Young Woman in a Theater Box, Peinture de  Benjamin Osro Eggleston

Young Woman in a Theater Box, Peinture de Benjamin Osro Eggleston

Car le "meilleur théâtre de Paris" s'emplit du "meilleur public". Il n'y en a pas de plus avide, de plus sensible. Si la flatterie le blesse, s'il se replie sous la cordialité maladroite, il attend et reçoit la parole de l'orateur ou du comédien comme une chose précieuse et tangible ; certains visages tendus ont l'air, sur les bancs les plus proches de la scène, de vouloir happer un fruit.

C'est véritablement l'élite intelligente d'un peuple qui se rassemble ici, respectueuse des textes qu'on lit, courtoise au point de retenir, jusqu'au baisser du rideau, la toux et les applaudissements. Presque tous ceux qui viennent passer la soirée ici sacrifient quelques heures de leur sommeil. Ils portent encore sur eux, hommes et femmes, des brins de fil, des paillettes de métal moulu, des taches de vernis ou d'acide. La plupart des femmes et des jeunes filles appartiennent à la fine race de Paris, qui a de petites mains et des yeux vifs.

Colette - A l'Université Populaire (extrait) Dans la foule

Peinture de Albert Guillaume

Peinture de Albert Guillaume

Le théâtre n’est qu’un jeu qui se donne des airs de vie.

Jules Renard

Les retardataires, Peinture de Albert Guillaume

Les retardataires, Peinture de Albert Guillaume

On fait du théâtre parce qu’on a l’impression de n’avoir

jamais été soi-même et qu’enfin on va pouvoir l’être.

Louis Jouvet  -  Le Petit dictionnaire du théâtre

 

 

 

Ce n’est point une nécessité qu’il y ait du sang et des morts dans une tragédie ; il suffit que l’action en soit grande, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées, et que tout s’y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie.

Jean RacineBérénice , Préface

Mme Edmond Picard dans sa loge au théâtre de la Monnaie, Peinture de Theo van Rysselberghe

Mme Edmond Picard dans sa loge au théâtre de la Monnaie, Peinture de Theo van Rysselberghe

Attention, mesdames et messieurs, dans un instant on va commencer
Installez-vous dans votre fauteuil bien gentiment
5, 4, 3, 2, 1, 0, partez, tous les projecteurs vont s'allumer
Et tous les acteurs vont s'animer en même temps

Michel Fugain - Attention Mesdames et Messieurs

 

Peinture de Toulouse-Lautrec

La Grande loge, Peinture de Toulouse-Lautrec

Tout est langage au théâtre, les mots, les gestes, les objets. Il n’y a pas que la parole.

Eugène Ionesco

La loge, Peinture de Pierre-Auguste Renoir

La loge, Peinture de Pierre-Auguste Renoir

En scène
Avant qu'on lève le rideau
Déposons là tous nos fardeaux
Nos peines
Et retrouvons nos oripeaux
Ils sont plus vrais que notre peau
Ils viennent
Faire de nous des éphémères
Capables de tous les frissons
D'apprivoiser mille chimères
Et puis le temps d'une chanson
D'être arlequin ou cléopâtre

Y a-t-il une vie après le théâtre ?

En scène
Une fois le rideau levé
Plus rien ne peut nous arriver
La reine
Ailleurs si prête à trébucher
Promène sans s'effaroucher
Sa traîne
Chacun de nous reprend sa place
Le bègue oublie de bafouiller
Le timide est rempli d'audace
Le muet peut s'égosiller
C'est leur coeur qui se met en quatre

Y a-t-il une vie après le théâtre ?

En scène
C'est la vie mais pas tout à fait
C'est une apparence, un reflet
A peine
Comme si juste on attendait
Que ce moment presque parfait
Survienne
C'est une quête si fragile
Qu'un souffle peut la déranger
C'est une fée aux pieds d'argile
C'est un éclat c'est un danger

Mais c'est l'espérance opiniâtre

Y a-t-il une vie après le théâtre ?

En scène
On est le rêve du passant
De ses amours le remplaçant
On traîne
Un univers envahissant
Dont la tendresse veut qu'on s'en
Souvienne
On sourit on salue on brille
On garde plus que de raison
Son diadème de pacotille
Et on ramène à la maison
Ce pauvre moi qu'on idolâtre

Y a-t-il une vie après le théâtre ?

En scène
Le temps s'égrène au ralenti
Mais l'heure petit à petit
S'amène
Où le dernier mot retentit
Où le rideau nous engloutit
Obscène
Et sans qu'au dehors on le sache
Dans les coulisses on fait son deuil
Avec un restant de panache
D'une existence en trompe-l'oeil
D'un coeur qui s'arrête de battre

Y a-t-il une vie après le théâtre ?

On sait qu'il n'y aura pas de fleurs
Pour accompagner le silence
Loin de la scène loin du coeur
Plus de musique pour la danse
On aura cessé de combattre

Y a-t-il une vie sans le théâtre ?

Anne Sylvestre - Après le théâtre

 

Three Women at the Theater (1908) - Peinture de Marianne von Werefkin

La loge au mascaron doré, Peinture de Toulouse-Lautrec

 

Le théâtre a pour objet d’être le miroir de la nature, de montrer à la vertu ses propres traits, à l’infamie sa propre image, et au temps même sa forme et ses traits dans la personnification du passé.

William ShakespeareHamlet

 

La sortie du théâtre, Peinture de Jean Béraud

La sortie du théâtre, Peinture de Jean Béraud

Les comédiens ont démonté leurs tréteaux
Ils ont ôté leur estrade
Et plié les calicots
Ils laisseront au fond du cœur de chacun
Un peu de la sérénade
Et du bonheur d’Arlequin
Demain matin quand le soleil va se lever
Ils seront loin, et nous croirons avoir rêvé
Mais pour l’instant ils traversent dans la nuit
D’autres villages endormis, les comédiens

Viens voir les comédiens
Voir les musiciens
Voir les magiciens
Qui arrivent

Charles Aznavour - Les Comédiens (extrait)

Charwomen in Theater, 1946 - Norman Rockwell

Charwomen in Theater, 1946 - Norman Rockwell

Dans votre vie à vous, rien n’arrive. Rien qui aille d’un bout à l’autre. Rien ne commence, rien ne finit. Ça vaut la peine d’aller au théâtre pour voir quelque chose qui arrive. Vous entendez ! Qui arrive pour de bon ! Qui commence et qui finisse !

Paul Claudel -  L’échange, pièce en trois actes.

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 11:00

Elle s'est soigneusement préparée : coiffure, robe, et bijoux ... Un dernier regard dans le miroir avant de partir pour vérifier que tout est parfait. Elle sort ce soir.

Elle ne sait pas où, elle ignore ce qui l'attend, restaurant ou spectacle et même qui sera convié. C'est une surprise pour son anniversaire ... et l'occasion pour moi d'envoyer mes chaleureuses pensées à ma soeur Michèle à qui je dédie le poème ci-dessous en lui souhaitant de grands et petits bonheurs.

        Au petit bonheur

Rien qu’un petit bonheur, Suzette,
Un petit bonheur qui se tait.
Le bleu du ciel est de la fête.
Rien qu’un petit bonheur secret.

Il monte ! C’est une alouette.
Et puis voilà qu’il disparaît.
Le bleu du ciel est de la fête.
Il chante, il monte, il disparaît.

Mais si tu l’écoutes, Suzette,
Si dans tes paumes, tu le prends,
Comme un oiseau tombé des crêtes,
Petit bonheur deviendra grand …

Géo Norge

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 08:00

Ce 22 février, mes pensées volent vers ma grande soeur Michèle à qui je souhaite, chaleureusement et floralement, un très heureux anniversaire en lui dédiant cette belle toile de Catrin Welz-Stein.

Que cette journée soit pour toi une bienfaisante halte dans ton trépidant quotidien. Flâner, ce n'est pas suspendre le temps mais s'en accomoder sans qu'il nous bouscule, disait Pierre Sansot dans son livre Du bon usage de la lenteur. Un jour pour se détendre, se poser, pour oublier, pour laisser ses pensées vagabonder ; un jour pour chantonner, pour profiter des heures et du soleil, des oiseaux et des fleurs ; un jour de quiétude pour apprivoiser l'année qui doucement s'est posée sur tes épaules,  pour respirer l'air du large et s'évader, en pensées ...

 

http://www.elizasdream.com/wp-content/uploads/2013/01/579949_348206898597034_104424074_n.jpg

 

Dans un parfum de roses blanches
Elle est assise et songe ;
Et l'ombre est belle comme s'il s'y mirait un ange.

Le soir descend, le bosquet dort ;
Entre ses feuilles et ses branches,
Sur le paradis bleu s'ouvre un paradis d'or.

Sur le rivage expire un dernier flot lointain.
Une voix qui chantait, tout à l'heure, murmure.
Un murmure s'exhale en haleine, et s'éteint.

Dans le silence il tombe des pétales ...

 

Charles VAN LERBERGHE 

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 18:00

Mais oui, c'est moi avec mes gros sabots, qui viens vous souhaiter une année florissante à tous égards ! Même si la vie n'est pas forcément rose, c'est décidé, nous ne serons pas moroses : nous allons oser. Oser nous lever et agir,  oser parler et dire, oser la couleur et le rire, oser braver le pire. Viser l'apothéose, devenir virtuose, peut-être dans les petites choses et puis savoir faire une pause. Un beau programme que l'on peut vivre aussi grâce au poème d'Emile Verhaeren, cadeau pour cette nouvelle année.

 

Mes-voeux-copie-1.jpg

 

L'action (extraits)

Lassé des mots, lassé des livres,
Qui tiédissent la volonté,
Je cherche, au fond de ma fierté,
L'acte qui sauve et qui délivre.

La vie, elle est là-bas, violente et féconde,
Qui mord, à galops fous, les grands chemins du monde.
Dans le tumulte et la poussière,
Les forts se sont pendus à sa crinière
Et, soulevés par elle et par ses bonds,
De prodige en prodige,
Ils ont gravi, à travers pluie et vent, les monts
Des audaces et des vertiges.

L'action !
J'en sais qui la dressent dans l'air
Tragiquement, sur ciel d'orage,
Avec des bras en sang et des clameurs de rage ;
D'autres qui la rêvent sourde et profonde,
Comme une mer
Dont l'abîme repousse et rejette les ondes.
J'en sais qui l'espèrent vêtue
Du silence charmeur des fleurs et des statues.

La vie en cris ou en silence,
La vie en lutte ou en accord,
Avec la vie, avec la mort,
La vie âpre, la vie intense,
Elle est là-bas, sous des pôles de cristal blanc
Où l'homme innove un chemin lent ;
Elle est ici dans la ferveur ou dans la haine
De l'ascendante et rouge ardeur humaine ;
Elle est parmi les flots des mers et leur terreur
Sur des plages dont nul n'a exploré l'horreur ;
Elle est dans les forêts aux floraisons lyriques,
Qui décorent les monts et les îles d'Afrique ;
Elle est où chaque effort grandit,
Geste à geste, vers l'infini,
Où le génie extermine les gloses,
Criant les faits, montrant les causes
Et préparant l'élan des géantes métamorphoses.

Oh ! vivre et vivre et vivre et se sentir meilleur
A mesure que bout plus fervemment le coeur ;
Vivre plus clair, dès qu'on marche en conquête ;
Vivre plus haut encor, dès que le sort s'entête
A dessécher la sève et la force des bras ;
Rêver, les yeux hardis, à tout ce qu'on fera
De pur, de grand, de juste en ces Chanaans d'or
Qui surgiront, quand même, au bout du saint effort ;

Oh ! vivre et vivre, éperdument,
En ces heures de solennel isolement,
Où le désir attise, où la pensée anime,
Avec leurs espoirs fous, l'existence sublime.

Emile Verhaeren

 

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 13:30

Elles sont venues au monde à 10 jours d'intervalle et me voici doublement grand-tante. Et dans ce mois gris de novembre qui nous fait frissonner, c'est comme 2 rayons de soleil qui s'en viennent réchauffer l'atmosphère et les coeurs. C'est le sourire de leurs parents qui illumine le ciel de leurs vies et leurs bras s'ouvrant en un cocon sûr et douillet. Ce sont aussi les toiles de Joaquin Sorolla et Jessie Willcox Smith pour illustrer le magnifique poème de Victor Hugo que je dédie à ces petites filles et leurs mamans pour leur entrée dans notre univers ...

 

http://uploads7.wikipaintings.org/images/joaquin-sorolla/mother-1895.jpg!Large.jpg

 

Lorsque l'enfant paraît

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure,
L'onde entre les roseaux,
Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare,
Sa clarté dans les champs éveille une fanfare
De cloches et d'oiseaux.

Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Quand vous la respirez ;
Mon âme est la forêt dont les sombres ramures
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures
Et de rayons dorés !

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies,
Car vos petites mains, joyeuses et bénies,
N'ont point mal fait encor ;
Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange
À l'auréole d'or !

Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.
Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche.
Vos ailes sont d'azur.
Sans le comprendre encor vous regardez le monde.
Double virginité ! corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !

Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire,
Ses pleurs vite apaisés,
Laissant errer sa vue étonnée et ravie,
Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie
Et sa bouche aux baisers !

Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

Victor Hugo

 

 

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 14:00

Vous vous demandez sans doute ce qui est inscrit sur le billet que la charmante jeune femme peinte par Auguste Toulmouche est en train de lire ? Tout simplement : JOYEUX ANNIVERSAIRE ! Et c'est à ma soeur Michèle que j'offre ce bouquet pour l'assurer de mes pensées aujourd'hui.

 

http://24.media.tumblr.com/20459a7d0db381e80c11149646ec0e4f/tumblr_mgcb8xzXYV1r87i11o1_1280.jpg

 

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 08:00

Au fil du temps, au fil des ans, beaucoup de jeunes femmes prénommées Anna (ou Hanna ou Ana) ont défilé sur les continents, dans les romans, sur les écrans et les podiums, splendides, élégantes, raffinées, tristes ou gaies, touchantes, altières, époustouflantes, talentueuses, inoubliables. 

Il y eut l'héroïne de Tolstoï, Anna Karénine, plusieurs fois incarnée au cinéma : 

 

http://www.doctormacro.com/Images/Garbo,%20Greta/Garbo,%20Greta%20%28Anna%20Karenina%29_01.jpg

  Anna Karénine, incarnée par Greta Garbo en 1935 

 

http://www.afcinema.com/IMG/filmon7609.jpg

  Anna Karénine, incarnée par Vivien Leigh en 1948 

 

http://blog.ken-okada.com/wp-content/uploads/2012/12/Ken-OKADA-Chemise-Femme-Chic-Th%C3%A8me-Eternel-Anna-Karenine-Sophie-MArceau.jpg

  Anna Karénine, incarnée par Sophie Marceau en 1997

 

http://s.plurielles.fr/mmdia/i/23/1/keira-knightley-maquillee-par-chanel-sur-le-tournage-d-anna-karenine-10794231cfgaf.jpg?v=1

  Anna Karénine, incarnée par Keira Knightley en 2012 

 

Il y eut aussi, Anna Pavlova, une ballerine russe, considérée comme la meilleure danseuse de ballet classique de l'histoire : danseuse étoile dès 1906, elle entra dans la légende grâce à son interprétation de La Mort du cygne :

 

http://lh3.ggpht.com/-Yl6ftevTpo0/UIRXDpdcDSI/AAAAAAABRoI/amD2IlSDARo/hint5monique_thumb%255B2%255D.jpg?imgmax=800

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/85/AP_Cygne.jpg

 

 

Il y eut des femmes de lettres, des femmes intelligentes et inspirées comme Anna de Noailles, née princesse Bibesco Bassaraba de Brancovan, belle poétesse et romancière française, qui attira dans son salon l'élite intellectuelle, littéraire et artistique de l'époque. Plusieurs peintres firent son portrait, notamment Philip Alexius de Laszlo dont vous pouvez admirer l'oeuvre ci-dessous :

 

http://images.fineartamerica.com/images-medium-large/anna-de-noailles-philip-alexius-de-laszlo.jpg

 

ou comme Hanna Arendt, philosophe allemande naturalisée américaine (1906-1975) dont les ouvrages sur le phénomène totalitaire sont étudiés dans le monde entier et dont la pensée politique et philosophique occupe une place importante dans la réflexion contemporaine :

 

http://www.jutarnji.hr/multimedia/dynamic/00284/Hannah_Arendt_284298S1.jpg

 

ou comme Anna Gavalda : active, moderne, ravissante, pétillante, nature, elle a un succès fou et à l'instar de Colette "souhaite, avec les mots de tout le monde, écrire comme personne  " :

 

http://media.paperblog.fr/i/61/611501/5-questions-anna-gavalda-L-2.jpeg

 

Enfin, il y a les mannequins et les actrices d'aujourd'hui, jeunes, belles, ambitieuses :

http://2.bp.blogspot.com/_vX2JZHFno7o/TJnteRbRiHI/AAAAAAAAynY/xBEVb-JH6zc/s1600/Ralph+Lauren3.bmp

 Anna Selezneva, mannequin russe, née en 1990  

 

http://2.bp.blogspot.com/-2r2oJXdNXbc/T0sHbmXQZuI/AAAAAAAAK0I/cAaMALUIqmI/s1600/end.jpg

  Anna Karina, actrice, chanteuse et écrivaine née en 1940

 

http://i2.listal.com/image/950927/600full.jpg

 Anna Kendrick, actrice américaine née en 1985 (twilignt, in the air ...)

 

http://img844.imageshack.us/img844/6214/annapaquin12.jpg

  Anna Paquin, actrice néo-zélandaise-canadienne, née en 1982

 

Mais de toutes les Anna du monde, stars du passé ou du présent, celle que je préfère et qui les vaut bien, c'est ma nièce Hanna, à qui je souhaite non la gloire ou la richesse, mais un très heureux anniversaire aujourd'hui, en lui dédiant le poème d'Anna de Noailles intitulé La Jeunesse :

 

Tout le plaisir de vivre est tenu dans vos mains,
Ô Jeunesse joyeuse, ardente, printanière,
Autour de qui tournoie l'emportement humain
Comme une abeille autour d'une branche fruitière !

Vous courez dans les champs, et le vol d'un pigeon
Fait plus d'ombre que vous sur l'herbe soleilleuse.
Vos yeux sont verdoyants, pareils à deux bourgeons,
Vos pieds ont la douceur des feuilles cotonneuses.

Vous habitez le tronc fécond des cerisiers
Qui reposent sur l'air leurs pesantes ramures,
Votre coeur est léger comme un panier d'osier
Plein de pétales vifs, de tiges et de mûres.

C'est par vous que l'air joue et que le matin rit,
Que l'eau laborieuse ou dolente s'éclaire,
Et que les coeurs sont comme un jardin qui fleurit
Avec ses amandiers et ses roses trémières !

C'est par vous que l'on est vivace et glorieux,
Que l'espoir est entier comme la lune ronde,
Et que là bonne odeur du jour d'été joyeux
Pénètre largement la poitrine profonde !

C'est par vous que l'on est incessamment mêlé
A la chaude, odorante et bruyante nature ;
Qu'on est fertile ainsi qu'un champ d'orge et de blé,
Beau comme le matin et comme la verdure.

Ah ! jeunesse, pourquoi faut-il que vous passiez
Et que nous demeurions pleins d'ennuis et pleins d'âge,
Comme un arbre qui vit sans lierre et sans rosier,
Qui souffre sur la route et ne fait plus d'ombrage...

Anna de Noailles (La jeunesse)

 

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 10:00

En cette journée particulière, j'aimerais t'offrir un spectable inoubliable, un tourbillon de joie, une petite évasion de ton quotidien, sur un air léger et joyeux de grâce et de liberté ...  Mes pensées volent vers toi de l'autre côté des mers pour te souhaiter un bel anniversaire et offrir mes souhaits plein de chaleur, ceux qui viennent du coeur, à ma grande soeur !

 

http://proxy.baremetal.com/artcountrycanada.com/images/Pino-flamenco-in-red.jpg

 

Danse

Danse tant que tu peux danser, danse autour de la terre,
Libre comme un poisson dans l'eau, comme un oiseau dans l'air,
Léger comme le vent qui danse dans les arbres
Ou le mat d'un bateau qui danse sous la vague.

Danse tant que tu peux danser, danse autour de la terre,
Pour ne plus porter sur ton dos la mort et la misère
Et tu verras jaillir les sources souterraines,
Et les torrents de joie qui coulent dans tes veines.

Danse tant que tu peux danser, danse autour de la terre,
Danse pour qu'un printemps nouveau balaye les hivers.
Danse comme l'on vit, danse comme l'on aime,
Danse comme on écrit sur les murs un poème.

   Georges Moustaki (extrait)

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 22:30

Aujourd'hui, Hanna a 30 ans. C'est l'âge où le meilleur reste à venir, où la vie déroule son tapis de belles promesses et l'avenir, son horizon de voiles, d'éclaircies et de flamboiements. Et parce qu'Hanna joue du piano et du violon, j'ai voulu réunir pour elle des musiciens de talent  pour lui offrir cette sérénade, cette ode à une jeunesse pleine de charme et d'allant, de projets et de dons. 

  http://beta.tate.org.uk/art/images/work/N/N02/N02137_10.jpg

 

Le Chemin du Bonheur

Le bonheur ? Oh ! tant de visages…
Petits et grands bonheurs, vieux et jeunes bonheurs,
Bonheurs sans âge.
Le brin d’herbe oublié derrière les faucheurs.
Mon bonheur. Mon bonheur qui sent la fleur sauvage
Mes doigts l’ont tant serré qu’ils en sont douloureux
Et je ne sais plus bien ni comment je le veux
Ni comment seront faits les barreaux de sa cage.
Mon bonheur de ce soir et celui de demain,
Se ressembleraient-ils, ne seront plus les mêmes.
Bonheur des grands chemins
Vous apprivoise-t-on comme un duvet que sème
Le pissenlit amer dans les remous du vent ?
Bonheur de la maison, brillez-vous sous la cendre
Comme le tison d’or que l’on croit endormi ?
Bonheur de ceux qu’on aime et par qui sont remis
Tous les vagues remords de nos coeurs anxieux,
Bonheur qu’on lit au fond des yeux
Comme un miracle tendre,
Bonheur de croire à la bonté du jour levant
Malgré tout ce qui fut, tout ce qui vous attend…

Sabine Sicaud

 

http://www.avecpassion.fr/Files/21273/Img/11/B-BLUCVZ15Big.jpg

 

  Bon Anniversaire à une princesse Ponto-Combalusienne !

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 20:15

Parce que c'est son anniversaire, que je suis loin mais pense très fort à elle :
Cette belle illustration lui est dédiée.

 

Calin.jpg

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Pensées particulières
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Clairedelune
  • Le blog de Clairedelune
  • : Plaisir de partager des poésies illustrées de peintures ou de photos, les randonnées et sites autour de Carcassonne, mes découvertes de champignons, de fleurs, de vaches, de portes, les créations en bois de mon père, les gîtes et hôtels chouettes testés ...
  • Contact

Traduction

Rechercher

Peintures du blog

Vous pouvez retrouver la référence de chaque oeuvre, nom de l'artiste et titre de la toile ou de l'illustration, en pointant la souris sur la peinture ou l'image. Si vous en êtes propriétaire et ne souhaitez pas qu'elle figure dans ce blog, vous pouvez me le signaler par message sur contact (dans la rubrique présentation juste ci-dessus). Elle sera aussitôt enlevée. Les photos sans référence sont prises par Clairedelune, ou plus rarement, leurs auteurs n'ont pas été trouvés.

Archives

 

 

 

autour de la cité carca

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65654943[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    http://3.bp.blogspot.com/-2qIkn-24z7U/TecWjhxbgPI/AAAAAAAAG3U/UDISHaoSzkM/s1600/normal_Lowell-Herrero-Autumn-Cows%252C-De.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

null