Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 17:00

Il est 17 heures : autrement dit, c'est l'heure d'une pause désaltérante, celle du thé ! Et peu importe si vous ne le buvez pas d'une façon protocolaire, en levant le petit doigt. Non, l'essentiel est que vous soyez bien : vous sentez le breuvage parfumé descendre dans votre corps et y répandre cette douce chaleur, cette totale détente, cette bienfaisante euphorie. Si de plus, on est en bonne compagnie, alors le bonheur est parfait et point n'est besoin de parler ...

 

http://www.paintinghere.com/uploadpic/mary%20cassatt/big/Tea.jpg

 

Deux êtres assis l'un en face de l'autre, devant une théière fumante et une assiette de petits pains beurrés, repoussent toutes les angoisses du monde aux frontières de la perception, l'espace d'un moment, ils vivent dans un jardin d'Eden qui n'appartient qu'à eux.

Lisa Rochambeau-Lapierre

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans L'Heure du Thé
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 21:00

A Carcassonne, la bastide, c'est la ville "normale", par opposition à la fameuse cité médiévale souvent envahie par les touristes. On dit aussi "ville basse" et "ville haute" pour les distinguer. Et la bastide est souvent délaissée pour la formidable silhouette fortifiée qui la domine. Cependant, il n'est pas désagréable d'y flâner et de découvrir les trésors qu'elle cache. Plusieurs itinéraires existent pour guider les curieux dans cette découverte. Et depuis cet été, une exposition inédite par la forme et le contenu s'est installée rue de Verdun à la Chapelle des Dominicains : "Perspectives du Patrimoine bâti de la Bastide Saint-Louis" raconte l'histoire belle et riche de la ville basse de Carcassonne. Parce que retracer le passé demeure un moyen d'identifier les voies possibles de l'avenir et peut conduire habitants et visiteurs à reconsidérer cette ville.

 

Exposition-01.jpg

 

Exposition-02.jpg

 

En sortant de l'exposition, et en descendant la rue de Verdun, on débouche face à l'ancienne école Jean Jaurès, où est perchée la grosse horloge photographiée ci-dessous. Construit sur l'ancienne prison et gendarmerie de la ville le long du boulevard, le groupe scolaire Jean Jaurès a été inauguré le 22 juillet 1928, pendant les fêtes du bi-millénaire de la cité. Le Président de la République de l'époque, Monsieur Gaston Doumergue, était descendu en personne sur Carcassonne à cette occasion avec son ministre de l'instruction publique Monsieur Herriot. 

  horloge.jpg

 

Juste en face, on trouve le square Gambetta rebaptisé "Esplanade Gambetta" depuis sa réfection et l'établissement d'un parking souterrain sous son espace. Même si je déplore la perte du havre de verdure qu'elle offrait auparavant, son large espace ouvert s'offre désormais aux marchés et diverses manifestations. Actuellement, elle est investie par "la magie de Noël", c'est à dire les distractions offertes aux petits et aux grands du 3 au 31 décembre 2011 : sapin blanc illuminé de 22 mètres de haut, animaux polaires, Grande Roue, village de chalets (bijoux, confiseries, babioles) et un carrousel étagé à l'ancienne avec de beaux décors peints sur la chevalerie ou des paysages audois ! 

 

Manege-01.jpg

 

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2011/11/18/201111182192.jpg

 

Manege-02.jpg  

A l'autre bout de la place, et accueillant gracieusement tous les arrivants venant de l'est, une belle statue trône et surveille en souriant les automobilistes et passants qui contournent le square. La belle se nomme Héléna et siège depuis un an, jour pour jour, sur ce lieu stratégique. Donnée à la ville en 1906, cette jolie dame qui régna un temps sur un autre square de la ville, disparut un jour pour être restaurée. Réapparue l'an dernier, son installation sur l'esplanade Gambetta avait été célébrée le jeudi 9 décembre 2010. Je vous laisse l'admirer ...

 

Statue-01.jpg

 

http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/1159258339/1394129.jpg Gambetta.jpg

 

Statue-02.jpg

 

En traversant la ville par ses petites rues étroites et rectilignes, on parvient à l'autre square de la ville, côté gare, le square André Chénier. Là aussi, "la magie de Noël" s'est installée par le biais de diverses attractions : pistes de luge dans un décor de station de sports d'hiver, traîneau du père Noël et petit carrousel. Et tout en longeant ce jardin, je trouvais beaucoup plus plaisant d'admirer, de l'autre côté du boulevard, le clocher de l'église Saint-Vincent qui culmine à 54 mètres, point de repère infaillible, et le beau tableau qu'il fait derriere le mur du bastion Saint-Martial, au premier plan. D'ailleurs, on voit souvent des artistes s'installer là pour immortaliser sur toile cette belle perspective ...

 

Eglise-et-mur.jpg

 

Enfin pour rentrer, j'ai franchi le beau canal du midi juste avant son arrivée au port et admiré les reflets sur son onde : arbres dénudés, dernières couleurs rousses, tapis de feuilles, bateau bleu, et sentier de halage. Ciel bleu et douceur, ici l'hiver n'est pas encore arrivé.

 Canal-du-midi.jpg

 

Si vous voulez découvrir la ville et ses environs, voici des itinéraires : c'est ici

Et voici le programme de la "Magie de Noël" 2011 : c'est là

Repost 0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 20:30

Le Bouleau ! Arbre que certains peut-être considèreront avec un a priori négatif parce qu'il fera douloureusement penser au boulot .. Et pourtant, cet arbre a du mérite : il se contente de sols pauvres et  supporte les rigueurs de la montagne jusqu'à 2000 mètres. Toujours pionnier dans les reconquêtes et colonisations de landes par la forêt, il peut vivre centenaire dans les contrées nordiques, mais chez nous, en pays tempéré, il dépasse rarement la trentaine.
Il existe 4 espèces de bouleaux en Europe dont deux largement répandues : celle du bouleau verruqueux, qui se reconnaît à son écorce blanche, lisse et brillante avec quelques taches noires souvent accompagnées de crevasses ; et celle du bouleau pubescent à l'écorce d'un blanc plus mat, parfois rosée, avec des bandes ou lignes horizontales grisâtres mais sans taches ni crevasses.
Ce bel arbre élancé a énormément d'atouts dans la manche,  pardon, dans ses branches ! En effet ses utilisations médicinales sont nombreuses :  vertus diurétiques, purgatives, digestives, anti-inflammatoires, actions cutanées... Chez lui, tout est utile (écorce, feuilles, bourgeons, sève),  non seulement pour se soigner, mais aussi dans les domaines de l'alimentation et de l'artisanat.
Enfin, savez-vous que le bouleau symbolise la sagessse et que de nombreux pays l'ont mis à l'honneur, comme par exemple la Norvège ou la Russie où il est considéré comme arbre national.
Alors, promenez-vous à loisir dans ces boulinières, ces boulaies ou ces bétulaies que constituent les futées de bouleaux : vous pourrez admirer cet arbre tout au long des quatre saisons au travers des toiles lumineuses d'artistes talentueux (références en pointant la souris sur la peinture) ...  et accompagnés par l'évocation poétique des non moins illustres Jean Giono, Gabriel Marc (un compatriote auvergnat un peu moins connu !), Maurice Carême et Victor Hugo. Puis, quand vous sortirez de cette ramure enchanteresse, vous pourrez encore boire bouleau, soigner bouleau, bricoler bouleau et pourquoi pas, parler bouleau.

 

Bouleaux-automne-1.jpg

 

http://www.canvasreplicas.com/images/Birch%20Forest%20Gustav%20Klimt.jpg

  http://canadianoriginals.files.wordpress.com/2011/02/tomthompson-birchtrees.jpg

 

http://www.picturethisgallery.com/Artists/Vranes_Jennifer/WalkingAutumn_JenniferVranes.jpg http://www.fradetfineart.com/mttremblant.JPG

 

http://farm6.static.flickr.com/5061/5801105888_ab9fdd4186.jpg

 

 

http://zhiboedov.com/images/BirchForest-w.jpg

 

http://artgallery.com.ua/pics/kirichenko/inet/010.jpg

 

 La Capitale des Bouleaux

Et enfin, la capitales des bouleaux, - ce qui là-bas au fond éblouit parfois un coup de phare -, c'est autour de l'étang de Roumanche qu'elle se trouve avec ses dômes, ses terrasses, ses tours dorées, ses rues, ses ruelles, ses boulevards dorés, ses colonnes couvertes en peau de cheval pie, ses écorces soignées, poncées, poudrées, fardées, fines comme de la soie, ses balancements de palmes, ses déhanchements de jeunesse qui danse, ce bruissement de milliers de jupes de faille, son papillonnement de lumière. Les éclairs les plus violents qui arrivent de là-bas et percent facilement la brume comme de vrais rayons de soleil viennent de l'étang lui-même. Il a déjà commencé à engloutir beaucoup de feuilles mortes, car le feuillage des bouleaux est très sensible aux  premiers coups de froid (il y avait de la gelée blanche sur les montagnes hier matin). Au bout de quelques jours, ces feuilles, qui d'abord surnagent et font comme une cuirasse, se gorgent d'eau et descendent au fond. Là, noires, elles sont exactement comme le tain d'un miroir. L'eau brunit, se lisse et frappe la lumière avec tant de violence qu'elle la fait rebondir jusqu'ici, qui est au moins à six kilomètres.

Jean Giono (Monologue, Faust au village Gallimard 1978)

      http://4.bp.blogspot.com/-i4kdhwsGb8c/TmtMNpXgO6I/AAAAAAAAEfY/dphK0zEMmbU/s1600/e++birches+stage+3+001.jpg

 

http://www.jackfordfineart.com/images/SnowWoods%20web_01.jpg

 

http://zhiboedov.com/images/MarchBirches-w.jpg

 

http://4.bp.blogspot.com/-PBYnqyx3mAQ/TUI2KSWts-I/AAAAAAAACKg/llXcS3gGxTM/s1600/Early+Snow.jpg

 

http://farm3.static.flickr.com/2187/2200755000_95850a727f.jpg http://cdn3.iofferphoto.com/img/item/373/734/01/o_WinterBrook.jpg

   http://www.bobcolepaintings.com/100_2507.jpg

 

       Le Bouleau

Les uns chantent les grands chênes,
Les hêtres couverts de faînes,
Les lauriers étincelants.
D'autres préfèrent les ormes,
Ou les marronniers énormes ;
Moi, j'aime les bouleaux blancs.

J'aime l'arbre cher au Celte,
Dont la pile droite et svelte
S'élance en riant dans les airs ;
Dont le délicat feuillage
Sur le ciel forme un grillage
Toujours frissonnant et clair.

Les bouleaux, parmi les branches,
Sont comme des vierges blanches
Errant dans le vert taillis,
Et, la nuit, dans les bois sombres,
Ils sont Ilses ou Willis.

Aux chênes géants la force.
Aux saules la rude écorce.
Aux ifs le froid des tombeaux.
Mais l'écorce douce et fine
et la grâce féminine
Font le charme des bouleaux.

Au soleil, dans la clairière.
Les bouleaux sur la bruyère
Forment un voile léger,
Et sous l'aile de la brise
Leur feuillage qui s'irise
Dans l'air semble voltiger.

Les uns chantent les grands chênes,
Les hêtres couverts de faînes,
Les lauriers étincelants.
D'autres préfèrent les ormes,
Ou les marronniers énormes.
Moi, j'aime les bouleaux blancs.
                  --------
Amis, sur mon tombeau plantez un bouleau blanc,
Un bouleau du pays, au feuillage tremblant.
Que près de lui fleurisse une églantine rose
Et qu'il fasse un peu d'ombre où ma cendre repose.

Gabriel Marc (1840-1931), Poèmes d'Auvergne 1882 (Gallica)

  http://bethtrissel.files.wordpress.com/2011/02/birch_trees.jpg

 

http://1.bp.blogspot.com/_HY5j5auodto/S4YXeYHzWuI/AAAAAAAADfg/N2Z4oh1AeDo/s400/La+ferme+aux+bouleaux+%28jeunes+bouleaux%29.JPG

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/78/Illustration_Betula_pendula0.jpg/290px-Illustration_Betula_pendula0.jpg

 

http://images.fineartamerica.com/images-medium/birches-nina-nabokov.jpg

 

     http://www.fradetfineart.com/whatliesbeneath.JPG

 

Le Bouleau
Chaque nuit, le bouleau
Du fond de mon jardin
Devient un long bateau
Qui descend ou l’Escaut
Ou la Meuse ou le Rhin.
Il court à l’Océan
Qu’il traverse en jouant
Avec les albatros,
Salue Valparaiso,
Crie bonjour à Tokyo
Et sourit à Formose.
Puis, dans le matin rose,
Ayant longé le Pôle,
Des rades et des môles,
Lentement redevient
Bouleau de mon jardin.

Maurice Carême

 

http://static.toucanart.com/product_files/7176/37/pic1.jpg

 

 

 

http://img1.artweb.com/users/4081/155341_summer-birch-glen-sannox.jpg

 

 

    http://farm6.static.flickr.com/5250/5375824308_7d1531ac42.jpg

 

 

http://www.livegalerie.com/img/oeuvre/200809/web/57657.jpg?v=1231060262

 

 

http://robertarood.files.wordpress.com/2007/05/birches2.jpg

 

birch-1-.jpg

 

 

http://files.jensdaily.com/2008/04/080424_aspens_in_summer.jpg

 

http://uploads1.wikipaintings.org/images/arkhip-kuindzhi/a-birch-grove-spots-of-sunlight.jpg!HalfHD.jpg

 

http://uploads6.wikipaintings.org/images/boris-kustodiev/in-the-birch-forest.jpg!Large.jpg

 

Comme une feuille morte échappée aux bouleaux
Qui sur une onde en pente erre de flots en flots,
Mes jours s'en vont de rêve en rêve ...

Victor Hugo (extrait Orient.4)

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Auprès de mon arbre
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 17:00

 

Oeillet-2-copie-1.jpg

 

Oeillet-1.jpg

 

Oeillet-4.jpg

 

Oeillet-3.jpg

 

Oeillets sauvages aperçus en Vallée d'Ossau en Juillet 2010
et aux environs de Cauterets (64) en Juillet 2011

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Fleurs de Montagne
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 23:30

Le Vent, puissance invisible, insaisissable et enveloppante, peut se faire doux, timide, taquin ou violent, sauvage, indomptable. Voyageur infatigable, il visite le monde entier et nous accompagne au rythme des saisons, rapportant parfois dans sa traîne, quelques grains de sable ou une haleine réfrigérante, selon les contrées traversées. Pour le poète belge flamand Emile Adolphe Gustave VERHAEREN, c'est un véritable souffle de vie que le vent nous insuffle, comme vous le verrez en lisant son superbe poème à la gloire du vent ...

 

http://www.jwwaterhouse.com/paintings/images/waterhouse_boreas.jpg

 

- Toi qui t'en vas là-bas,
Par toutes les routes de la terre,
Homme tenace et solitaire,
Vers où vas-tu, toi qui t'en vas ?

- J'aime le vent, l'air et l'espace ;
Et je m'en vais sans savoir où,
Avec mon coeur fervent et fou,
Dans l'air qui luit et dans le vent qui passe.

- Le vent est clair dans le soleil,
Le vent est frais sur les maisons,
Le vent incline, avec ses bras vermeils,
De l'un à l'autre bout des horizons,
Les fleurs rouges et les fauves moissons.

 

https://deutschzusammen.files.wordpress.com/2014/10/la-fille-au-vent.jpg

 

- Le Sud, l'Ouest, l'Est, le Nord,
Avec leurs paumes d'or,
Avec leurs poings de glace,
Se rejettent le vent qui passe.

- Voici qu'il vient des mers de Naple et de Messine
Dont le geste des dieux illuminait les flots ;
Il a creusé les vieux déserts où se dessinent
Les blancs festons de sable autour des verts îlots.
Son souffle est fatigué, son haleine timide,
L'herbe se courbe à peine aux pentes du fossé ;
Il a touché pourtant le front des pyramides
Et le grand sphinx l'a vu passer.

 

Bedoins dans une tempete de sable, Peinture de  Ludwig Hans FISCHER

 

http://WahooArt.com/A55A04/w.nsf/OPRA/BRUE-8DP4SM/$File/CHARLES-COURTNEY-CURRAN-THE-CABBAGE-FIELD.JPG

 

- La saison change, et lentement le vent s'exhume
Vêtu de pluie immense et de loques de brume.

- Voici qu'il vient vers nous des horizons blafards,
Angleterre, Jersey, Bretagne, Ecosse, Irlande,
Où novembre suspend les torpides guirlandes
De ses astres noyés, en de pâles brouillards ;
Il est parti, le vent sans joie et sans lumière :
Comme un aveugle, il erre au loin sur l'océan
Et, dès qu'il touche un cap ou qu'il heurte une pierre,
L'abîme érige un cri géant.

    

http://artgallery.com.ua/pics/volosov/inet/061.jpg

 

- Printemps, quand tu parais sur les plaines désertes,
Le vent froidit et gerce encor ta beauté verte.

- Voici qu'il vient des longs pays où luit Moscou,
Où le Kremlin et ses dômes en or qui bouge
Mirent et rejettent au ciel les soleils rouges ;
Le vent se cabre ardent, rugueux, terrible et fou,
Mord la steppe, bondit d'Ukraine en Allemagne,
Roule sur la bruyère avec un bruit d'airain
Et fait pleurer les légendes, sous les montagnes,
De grotte en grotte, au long du Rhin.

 

Francisco-Goya-The-snowstorm

 

- Le vent, le vent pendant les nuits d'hiver lucides
Pâlit les cieux et les lointains comme un acide.

- Voici qu'il vient du Pôle où de hauts glaciers blancs
Alignent leurs palais de gel et de silence ;
Apre, tranquille et continu dans ses élans,
Il aiguise les rocs comme un faisceau de lances ;
Son vol gagne les Sunds et les Ourals déserts,
S'attarde aux fiords des Suèdes et des Norvèges
Et secoue, à travers l'immensité des mers,
Toutes les plumes de la neige.

 

http://www.1artclub.com/uploads/23-0216.jpg

 

- D'où que vienne le vent,
Il rapporte de ses voyages,
A travers l'infini des champs et des villages,
On ne sait quoi de sain, de clair et de fervent.
Avec ses lèvres d'or frôlant le sol des plaines,
Il a baisé la joie et la douleur humaines
Partout ;
Les beaux orgueils, les vieux espoirs, les désirs fous,
Tout ce qui met dans l'âme une attente immortelle,
Il l'attisa de ses quatre ailes ;
Il porte en lui comme un grand coeur sacré
Qui bat, tressaille, exulte ou pleure
Et qu'il disperse, au gré des saisons et des heures,
Vers les bonheurs brandis ou les deuils ignorés.

 

http://2.bp.blogspot.com/_CvDCiEFbNy8/THRzF0903_I/AAAAAAAAXG4/AZzDhQoybDQ/s1600/c16+Charles+Courtney+Curran+(1861-1942)+The+Green+Jacket+1917.jpg

 

  - Si j'aime, admire et chante avec folie
Le vent,
Et si j'en bois le vin fluide et vivant
Jusqu'à la lie,
C'est qu'il grandit mon être entier et c'est qu'avant
De s'infiltrer, par mes poumons et par mes pores,
Jusques au sang dont vit mon corps,
Avec sa force rude ou sa douceur profonde,
Immensément il a étreint le monde.

Émile VERHAEREN   (1855-1916)

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Au gré du vent
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 23:30

Non, ne cherchez pas du côté d'une chanteuse-actrice bien connue mais plutôt vers celui des papillons migrateurs : car le Vanessa Atalanta, plus connu sous le nom de Vulcain, est ce beau et grand papillon noir et orange que l'on a souvent l'occasion d'apercevoir dans nos contrées. Certains s'attardent même aux portes de l'hiver, comme ce spécimen, croisé lors de ma récente balade autour du village de Caux et Sauzens. Ce papillon, qui orne plusieurs timbres de par le monde, a également inspiré à  Gérard de Nerval quelques vers rapportés ci-dessous. Et quand je l'ai vu voleter gracieusement autour de moi, c'est comme un relent du printemps qui s'attardait à mes côtés ...

 

Vulcain-1.jpg

 

Voici le Vulcain rapide
 Qui vole comme un oiseau
 son aile noire et splendide
 Porte un grand ruban ponceau
 Gérard de Nerval

 

Vucain-2.jpg

La plume de l'écrivain est aux pensées ce que le filet du chasseur est aux papillons.
Paul Carvel

 

Vucain-3.jpg

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Mon bestiaire
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 23:30

Quand on reste assis toute la journée derrière un bureau, on sent au fil des heures, monter un infime tressaillement, un sursaut venu du cerveau finissant par communiquer à notre corps ce fourmillement intenable qui nous fera jaillir de notre chaise. Pour les uns, cette nécessité de bouger pourra se traduire par une promenade à travers les couloirs jusqu'à la populaire machine à café. Pour les plus studieux, elle prendra la forme d'une course éperdue jusqu'à la photocopieuse. Quelle que soit la formule, cette "récréation" est une réelle nécessité ! Certains chanceux pourront se promener en ville ou dans des parcs et jardins proches de leur lieu de travail pendant la pause déjeuner. D'autres, hélas, n'auront pas même l'opportunité de voir un bout de ciel et ne bougeront pas de leur "prison" professionnelle pour un petit changement d'air salutaire. Il leur faudra patienter jusqu'au soir ... et la nuit tombe vite à la mi-novembre, rendant peu probables les balades noctures. Alors on se prend à envier l'écrivain suisse Robert Walser qui, vous le verrez ci-dessous, pouvait se promener à sa guise et puisait dans ses déambulations l'inspiration nécessaire à ses travaux d'écriture.  Mais nous, quelle raison pourrions-nous bien invoquer pour partir en promenade durant nos heures de travail ?

 

DIVERS2-0875.JPG

 

"Un matin, l'envie me prenant de faire une promenade, je mis le chapeau sur la tête et, en courant, quittai le cabinet de travail ou de fantasmagorie pour dévaler l'escalier et me précipiter dans la rue ...

 

parisbelleepoque167-1-.jpg

 

- Mais on vous voit toujours en train de vous promener !

- La promenade, répliquai-je, m'est indispensable pour me donner de la vivacité et maintenir mes liens avec le monde, sans l'expérience sensible duquel je ne pourrais ni écrire la moitié de la première lettre d'une ligne, ni rédiger un poème, en vers ou en prose. Sans la promenade, je serais mort et j'aurais été contraint depuis longtemps d'abandonner mon métier, que j'aime passionnément. Sans promenade et collecte des faits, je serais incapable d'écrire le moindre compte rendu, ni davantage un article, sans parler d'écrire une nouvelle. Sans promenade, je ne pourrais recueillir ni études, ni observations. Un homme aussi subtil et éclairé que vous comprendra cela immédiatement.

 

http://andrzejosinski.files.wordpress.com/2009/04/der_hagestolz_carl_spitzweg.jpg?w=700

 

En me promenant longuement, il me vient mille idées utilisables, tandis qu'enfermé chez moi je me gâterais et me dessécherais lamentablement. La promenade pour moi n'est pas seulement saine, mais profitable, et pas seulement agréable, mais aussi utile. Une promenade me sert professionnellement, mais en même temps elle me réjouit personnellement ; elle me réconforte, me ravit, me requinque, elle est une jouissance, mais qui en même temps a le don de m'aiguillonner et de m'inciter à poursuivre mon travail, en m'offrant de nombreux objets plus ou moins significatifs qu'ensuite, rentré chez moi, j'élaborerai avec zèle. Chaque promenade abonde de phénomènes qui méritent d'être vus et d'être ressentis. Formes diverses, poèmes vivants, choses attrayantes, beautés de la nature : tout cela fourmille, la plupart du temps, littéralement au cours de jolies promenades, si petites soient-elles. Les sciences de la nature et de la terre se révèlent avec grâce et charme aux yeux du promeneur attentif, qui bien entendu ne doit pas se promener les yeux baissés, mais les yeux grands ouverts et le regard limpide, si du moins il désire que se manifeste à lui la belle signification, la grande et noble idée de la promenade."

 

    

 

Robert Walser (1878 - 1956) extrait de "La Promenade" (1917)

 

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 21:00

 

Satyre 1-copie-1

 

Satyre-2.jpg

 Satyre-3.jpg

 Satyre-4.jpg

 Satyre-5.jpg

 Satyre-6.jpg

 

Satyres Puants des 3 premières photos : aperçus aux environs de Montségur (09) fin octobre 2011

Satyre Puant des 3 dernières photos :  vu aux environs de Cauteret (64) en juillet 2011

Sur un champignon jeune, la partie devenant le pied est comestible et peut être extraite de l'oeuf.

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Le Champignon du jour
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 16:00

Nouvelle découverte pour moi avec le peintre Eugène-Louis BOUDIN qui est incontestablement un amoureux des vaches ! Vous trouverez sans doute que j'ai choisi un nombre trop important de peintures, mais il en existait tellement que la sélection était difficile, surtout quand, comme moi, on trouve les vaches si jolies ... Alors j'espère, avec ce large éventail de couleurs, de positions, de lieux et d'attitudes, vous rallier à leur cause et vous intéresser à l'homme qui passa tant de temps à les regarder, les reproduire, les immortaliser. Considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme et surnommé "le roi des ciels" à cause de l'importance du ciel dans ses peintures, les vaches ont constitué tout au long de sa vie un sujet inépuisable. Il a ainsi peint des centaines de petits tableaux, dont une grande partie est rassemblée sur "le mur des vaches" du Musée Malraux Du Havre. En attendant d'y aller, jetez un coup d'oeil ci-dessous ...

 

http://photo.auction.fr/a/5/6/eugene-boudin-vaches-au-paturage-vers-1880-1885-1299855630622477.jpeg

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0357/m072004_0001121_p.jpg

      http://3.bp.blogspot.com/-B-PyAktjgnA/Taz7uFGAS8I/AAAAAAAABqA/KgHzoOoae_o/s1600/Cows+in+the+Pasture+%25281888+-+Eugene+Boudin%2529.jpg

    http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0357/m072004_0001154_p.jpg

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0357/m072004_0001108_p.jpg

 

http://a31.idata.over-blog.com/0/30/04/75/Art/Louis-Eugene-Boudin-2.jpg

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0357/m072004_0001180_p.jpg

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0357/m072004_0001852_p.jpg

 

http://a21.idata.over-blog.com/600x393/0/02/85/09/artistes-2010/vaches-de-Boudin.jpg

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0357/m072004_0001081_p.jpg

 

Savez-vous que l'expression "Le plancher des vaches" signifie la terre ferme, par opposition à la mer. Quand on sait qu'Eugène-Louis Boudin est surtout reconnu comme peintre de marines, c'est une étrange coincidence de le voir s'intéresser autant à deux thèmes radicalement différents : les vaches et la mer. Comprendo ? Enfin, j'ose espérer que vous avez suivi mon raisonnement ...

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Folle des Vaches
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 16:00

J'ai découvert avant-hier un joli coin de terres, non loin du canal du midi, lors d'une promenade partant du Village de Caux et Sauzens, dans l'Aude. Paysage fait de vignes bien sûr, mais aussi de labours, d'un bois de pins, de prés et enfin d'un très beau sentier au bord de l'eau ... Un parcours bien agréable où les dernières feuilles de vignes reflétaient la belle et chaleureuse lumière de l'après-midi. Si charmant, vous dis-je, qu'à force de ralentir pour savourer cette échappée, à force de flâner et d'essayer de capturer ces couleurs, je suis rentrée à la nuit tombée ...

  Caux et Sauzens  Feuille vigne 1

 Feuille vigne 2

 Vrille 1

 Vignes 1

 Vrille 2

 Vignes-5.jpg

 

Vignes 4

 

Feuille vigne 3

 Vignes 2

 

Repost 0
Published by Clairedelune - dans Terres de vignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Clairedelune
  • Le blog de Clairedelune
  • : Plaisir de partager des poésies illustrées de peintures ou de photos, les randonnées et sites autour de Carcassonne, mes découvertes de champignons, de fleurs, de vaches, de portes, les créations en bois de mon père, les gîtes et hôtels chouettes testés ...
  • Contact

Traduction

Rechercher

Peintures du blog

Vous pouvez retrouver la référence de chaque oeuvre, nom de l'artiste et titre de la toile ou de l'illustration, en pointant la souris sur la peinture ou l'image. Si vous en êtes propriétaire et ne souhaitez pas qu'elle figure dans ce blog, vous pouvez me le signaler par message sur contact (dans la rubrique présentation juste ci-dessus). Elle sera aussitôt enlevée. Les photos sans référence sont prises par Clairedelune, ou plus rarement, leurs auteurs n'ont pas été trouvés.

Archives

 

 

 

autour de la cité carca

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65654943[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    http://3.bp.blogspot.com/-2qIkn-24z7U/TecWjhxbgPI/AAAAAAAAG3U/UDISHaoSzkM/s1600/normal_Lowell-Herrero-Autumn-Cows%252C-De.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

null