Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 11:15

   photo_234270_4229354_201004085016120-1-.jpeg

 

Montségur ...  Montségur, cette citadelle du vertige, ce nid d'aigle, ce refuge presque inaccessible, cette forteresse, qui tout là-haut perchée sur son piton rocheux, caresse les nuages, tutoie le vent et veille sur un paysage éblouissant de crêtes et de monts, de vallées et de gorges, de forêts et de landes ...

Montségur, qui dessine dans le ciel  bleu blanc gris sa silhouette solide de coffre-fort, qui se hausse sur la pointe de ses murailles et de ses tours pour surveiller la progression de quiconque ose s'aventurer jusqu'à lui ... Montségur et l'ombre du douloureux passé qui voile parfois la montagne de son relent d'iniquité ; Montségur dressé comme un poing, comme un autel où la fumée du sacrifice rode encore ... Montségur, souffrance et beauté mêlées.

 

  Montsegur-02.png

 

Si Montségur se situe en Ariège, l'Aude, département voisin, le rattache volontiers à ses sites cathares dont il est l'un des fleurons. Sentinelle du Pays d'Olmes, il contemple du haut de ses 1207 mètres la dentelle des cimes Pyrénéennes et le petit village du même nom qui sommeille à ses pieds. Ce site exceptionnel a été choisi à travers les époques pour construire un château fortifé propre à assurer la sécurité, la défense et la surveillance de ce territoire. A la fois habitation, tour de guet, village, abri pour la communauté cathare et caserne militaire, le château construit en 58 avant JC a connu maints revers de fortunes : rasé, remanié, aménagé, assiégé, résistant ou vaincu, il finira par être abandonné. L'épisode le plus marquant fut sans aucun doute la prise du château en mars 1244 par les représentants de l'inquisition et la fin tragique de plus de 200 cathares qui périrent sur le bûcher pour ne pas renier leur foi.  Montségur a été classé monument historique en 1875 et la montagne-socle en forme de pain du sucre qui lui sert d'écrin et que l'on nomme "pog" a elle aussi rejoint ce classement en 1883. Les évènements qui s'y déroulèrent ont marqué à jamais les esprits et nombre de légendes et de mythes se mirent à circuler, enflammant les imaginations jusqu'à nos jours. Finalement restauré à partir de 1947, le succès de ce site ne s'est jamais démenti, et le mystère demeure, alimentant les rumeurs : celle de la belle dame blanche, du trésor de l'église cathare, du graal, du culte solaire et des templiers ...

 

 

  null 

MONTSÉGUR

 

Laissez-moi raconter l'histoire
d'un sang qu'a bu ma terre
Laissez-moi raconter l'histoire
d'une volonté de fer
d'une jeunesse morte
d'une liberté voulue
d'un vieux rêve réveillé
d'une liberté perdue

Vous étiez cinq cents à Montségur
sachant ce que vivre veut dire
Vous étiez cinq cents à Montségur
c'est sûr : vous êtes derrière l'azur.

Voici l'heure des corbeaux
Par les chemins de Montferrier,
Voici l'heure des corbeaux
Grand fleuve, noire pourriture,
Du Pape la grande armée,
Du Roi de France des pillards,
De Dominique les pourceaux :
Amen, amen, Dies irae !

Et voici votre défaite :
L'Idée brûle sur le bûcher ...
Et voici votre victoire :
Nous aimons ce que vous aimiez !
Minorités face aux Empires
Indiens de toutes les couleurs
Nous rendons à chacun sa terre :
Montségur, tu te dresses partout.

     

      Claude Marti

Daissatz-me contar l'istòria
d'un sang begut per ma tèrra
Daissatz-me contar l'istòria
d'una volontat de fèrre
d'una joventut passada
d'una libertat volguda
del vielh sòmi despertat
d'una libertat perduda

Cinc cents èretz a Montsegur
sabent çò que viure vòl dire
Cinc cents èretz a Montsequr
Segur i sètz darrièr l'azur

Vaqui l'ora de los corbasses
per los camins de Montferrièr
Vaqui l'ora de los corbasses
grand flume, negre poiridièr
del Papa la grand armada
del Rei de França bandolièrs
de Dominica los porcasses
Amèn, amèn, Dies Irae !

Vaqui l'ora de la desfacha
L'idea brutla sul lenhièr
Aqui l'alba de la victòria
Menam vostra lucha avuèi :
Minoritats contra l'Empèri
Indians de totas las colors
descolonizarem la tèrra :
Montsegur, te dreiças pertot !

 

 

  null 

     montsegur-progr4[1] 

 

Et retentit bientôt l'hymne à Montségur : « Montségur est notre capitale sauvage ! Montségur est notre tabernacle aérien ! [...] La haine soufflait de Rome, l'amour respirait et rayonnait de Montségur. Voilà pourquoi cette Roche foudroyée est auguste et vénérable et glorieuse dans les siècles. »

Napoléon Peyrat

 

 

 

 null

 

 

 

La roche vers le ciel monte d’un seul élan.
Le vide, aux grands créneaux, distille le vertige.
En bas, l’eau du ruisseau égrenne une complainte,
Tandis que l’arbre nu se tord à l’horizon.

Dans le bleu du néant se cherchent les soupirs.
Les corbeaux sont partis et le pré n’est que cendres.
Criquets verts, grillons noirs, dans l’ombre se sont tus.
Sur le sentier abrupt courent des lueurs folles.

L’aigle est donc revenu dans l’aire des Parfaits.
Les peines, la douleur hantent la solitude.
Le lierre a déserté les pierres enfumées.
la ronce et le sommeil figent le pays d’Olmes.

Mais le temps a passé. Le pré s’est refroidi.
Et voici qu’au dessus apparaît une étoile.
L’odeur âcre n’est plus. La lumière est suave.
La bruyère fleurit aux perles du matin.

Avec ses cheveux d’or, est-ce la châtelaine
Ou le soleil qui joue au faîte des hauts murs ?
Esprits purs, Chevaliers, vous êtes transparence
Et votre âme nous crie : Espoir, Eternité !

Julien Allaux 

 

 

 Montsegur-01.png

 

Montségur est le sanctuaire, la forteresse et le sépulcre des Albigeois. "Salut, m'écriai-je en sanglotant, porte sainte, maison des Purs, demeure des parfaits, sanctuaire de l'Évangile et de la Patrie romane !" Et, tombant à genoux, je collai mes lèvres sur ce seuil foulé par les pieds de tant de héros et de martyrs. - «Je n'oublie pas leurs erreurs, dis-je à mes compagnons un peu surpris de la ferveur de mon hommage filial. Ils s'égarèrent, mais au-dessus de l'Évangile et de l'humanité. Ils se perdirent, mais dans la lumière et l'idéal. Ils firent naufrage, mais dans le ciel.

Hymne à Montségur  de  Napoléon Peyrat

 

 

 

 le-gouter-a-Montsegur-61x50.jpeg

 

  Le mystère du Graal

Dans la tradition médiévale chrétienne, le Graal est une mystérieuse coupe aux pouvoirs magiques, dont la quête est l'une des missions des chevaliers de la Table ronde. Sa première mention écrite apparaît dans le roman de Chrétien de Troyes Perceval ou le Conte du Graal (1180). A sa suite, de nombreux auteurs s'emparent du mythe dans toute l'Europe chrétienne. Vers 1200, Robert de Boron assimile l'objet au saint calice des Evangiles, soit la coupe utilisée par Jésus-Christ pendant son dernier repas, la Cène, et dans laquelle a été recueilli son sang lors de la Crucifixion.

Montségur a longtemps été considéré comme étant le château du Graal où certaines clefs de la connaissance graalique étaient, dit-on, conservées par les cathares. Refuge de la hiérarchie cathare et des chevaliers languedociens mis en fuite par la Croisade et le pouvoir royal en 1243, ce château aurait abrité le fabuleux trésor des cathares dont on raconte qu'il aurait disparu la veille de la reddition afin de ne pas tomber dans les mains ennemies. Ce mythe a perduré très longtemps puisqu'en 1933, sur l'ordre de Himmler, bras droit d'Hitler et chef des SS, des scientifiques établirent un camp de recherche du Graal près de Montségur sans aucun succès.
Un chantier de fouilles a permis depuis 1968 aux archéologues d'exhumer patiemment les vestiges de la vie quotidienne de ses derniers occupants et de reconstituer progressivement le déroulé des derniers mois du siège de 1244. En tout cas concernant le Graal, rien n'a été découvert et le mystère subsiste toujours.

 

 Montsegur[1]

 

Légende de La Dame Blanche du château de Montségur 

Lorsque les nuages arrivent, lorsque le ciel s'assombrit, lorsque le tonnerre gronde, les habitants de la vallée, les  bergers et les montagnards savent qu'il faut quitter le pog de Montségur et vite rentrer. Une tempête en montagne, c'est terrible. Mais si vous faites partie des fous ou des téméraires, Il est possible que vous assistiez à un phénomène étrange ! Au dessus du village, près des murs du château en ruine noircis par le carnage de 1244, apparaît une forme blanche qui marche lentement. C'est Esclarmonde, la dame blanche du château. Esclarmonde est la fille du seigneur de Péreilhe, un des chefs de la résistance héroïque à Montségur. ECLAIR serait le synonyme d'Esclarmonde. De loin, curieusement, cette apparition semble danser sous la pluie, jouer avec le vent, tourner avec la foudre en levant ses longs bras vers le ciel. Il semble que tous les démons du ciel soient attirés par elle. Mais si vous vous approchez d'elle, vous entendrez au milieu du souffle du vent, des chants tristes, des gémissements et des pleurs à vous glacer le sang. Esclarmonde pleure les victimes de ce mois de mars encore présent dans nos mémoires, où ses 250 amis cathares périrent sous le joug des seigneurs du Nord. Lorsque la tempête s'éloigne et que le soleil tente de se faire une place au milieu des denses nuages noirs, la Dame Blanche disparaît, non sans avoir jeté un dernier regard vers SA ruine. Certains habitants affirment qu'elle est là pour nous prévenir d'une catastrophe, et nous protéger des flammes du ciel ... mais ils ne le disent qu'avec les yeux plissés et à voix basse.

 

 

 null   

Dans la lueur pâle du soleil couchant
Se dresse impassible, sur les rochers blancs
Les ruines fragiles des derniers remparts.
L'éternel reproche brille tous les soirs.
Regarde ça, mon coeur et pénètre-toi bien
Du désespoir des hommes. Il ne restera rien
Des pierres arides de la citadelle
De quand je m'en viens, fuient les pipistrelles ...
Montségur au dessus des ténèbres,
Fière citadelle, que reste-t-il de toi ?
Montségur au dessus des ténèbres
Fière citadelle, que reste-t-il de toi ...
Ah, il me vient comme un doute soudain, quand je vois
Des larmes s'écouler du coeur des murs froids.
Et je revois les fiers, les forts de jadis
Dans leurs derniers repères, dans leurs derniers asiles ...
Regarde ça mon coeur et pénètre-toi bien
Du désespoir des hommes. Il ne restera rien
D'une rumeur qui tarde ... Leur orgueil meurt au ciel
Pour un dernier combat ...  au pied des remparts
Montségur au dessus des ténèbres
Fière citadelle, que reste-t-il de toi ?
Montségur au dessus des ténèbres
Fière citadelle, que reste-t-il de toi !

Montségur, Chanson d'Euphrasia  du CD Légende d'Esclarmonde

 

 

null 

  Encore la Légende de la Dame Blanche

  Lorsque les monts de Tabe retentissent, la nuit, sous les échos maintes fois répétés du tonnerre, et que les éclairs fulgurants illuminent à chaque instant les chaotiques éboulis de la montagne, les paysans des environs assurent que l'on peut voir un cortège funèbre descendre le long des pentes du pic de Montségur, et se diriger ensuite vers le mystérieux lac Noir : ce sont les fantômes de ceux qui furent les compagnons d'Esclarmonde de Péreilhe. Avant d'atteindre le lac, ils s'arrêtent un instant pour pénétrer dans une grotte voisine où furent cachés "les trésors" de Montségur. Nul chercheur n'a pu encore découvrir cette mystérieuse cachette. Ayant constaté que les trésors dorment toujours dans les profondeurs de la grotte, les fantômes continuent leur ascension et s'arrêtent enfin sur les rives du lac. Leur pèlerinage accompli, ils disparaissent aux premières lueurs de l'aube, et le lac garde jalousement dans ses ondes paisibles l'âme de l'héroïne ...

 Mais lorsque l'intrépide chasseur d'isards grimpe le long des pentes du massif et que, parvenu près du sommet, il s'arrête au bord du lac pour se reposer un moment, il contemple longuement l'eau immobile qu'aucun souffle ne ride ; puis, il s'éloigne, rêveur, sans en troubler la limpidité ; car il n'ignore pas qu'une pierre, lancée dans les ondes, trouble le sommeil d'Esclarmonde et déchaîne dans la montagne une tempête effroyable. L'âme de la victime quitte alors son tombeau et s'en vient errer dans les ruines du castel de Montségur ...  

Là-haut, près du troupeau qu'il garde tout l'été dans les verts pâturages qui entourent le lac Noir, le pâtre mal éveillé, enveloppé dans son manteau de bure et le menton appuyé sur sa houlette, voit une forme lumineuse plonger dans les eaux. Se souvenant alors de la légende qu'il a maintes fois entendu raconter par les siens, il se signe dévotement. Il laisse ensuite tomber son regard là-bas, sur le castel délabré, songeant avec mélancolie aux choses qui se sont passées "dans les temps". Et, avec une pointe de fierté, il se dit qu'il a eu pour ancêtres ces héros obscurs, morts magnifiquement en défendant leurs libertés et leur foi.

Adelin Moulis

 

 

 null

 

Montségur, la tragédie cathare

Perdu dans les nuages blancs
D'une brume de printemps
Des murailles érodées par le temps
Gardiennes de nombreux tourments
Montségur, étrange fantôme de pierres,
Dressé haut et fier
Raconte-nous à présent
La couleur rouge du sang,
La clarté de la foi
Des hommes qui défiaient la loi
En quête de pureté,
Le feu qui les a délivrés,
La nuit qui est tombée,
Tragique éternité !

Pays d'Oc rebelle, tu dois obéissance !
L'armée du roi de France
Par le feu et le sang
Te fait entrer dans les rangs.
L'infame inquisition dénonce des infidèles
Et se tourne vers Montségur

Montségur, tu restes là, témoin du passé
Tes murs démantelés renferment à tout jamais
Le secret de ceux qu'on appelait : Parfaits.
Ainsi va l'histoire, la liberté n'est jamais acquise
La gloire du pouvoir, la honte et la détresse,
Des hommes contre d'autres hommes ...
Montségur, à l'homme qui viendra,
Dis-lui, dis-lui, la liberté ne se tue pas !

Joëlle Leslaud

 

 

 Aube-feu1170047.jpg

 

Les Trésors de Montségur

Montségur est supposé avoir abrité le riche trésor de l'église cathare. Nous ne savons que peu de choses, mais deux faits alimentent les suppositions autour de ce trésor. Le premier, est la fuite à cheval du parfait Mathieu et du diacre Bonnet aux environs de Noël 1243 emportant avec eux  "de l'or et de l'argent et une infime quantité de monnaie". On pense que ce trésor est parvenu en Italie à Crémone, où une autre communauté cathare importante a vécu. Cette hypothèse est renforcée par les correspondances épistolaires avérées entre les deux communautés. Un deuxième trésor aurait été sauvé durant la trêve de mars 1244 puisqu'il est fait état de quatre individus s'enfuyant de Montségur avec un chargement. Les historiens présument que ce trésor réunissait les nombreux textes hérétiques conservés par les Parfaits dans la forteresse.

Selon une autre version, qui s'appuie sur les témoignages de rescapés de Montségur, le trésor fut sorti in extremis du château assiégé, et évacué dans la grotte fortifiée d'Ornolac puis au château d'Usson, où l'on perd sa trace. L'historien Michel Roquebert déçoit définitivement les chasseurs de trésors en livrant la clé de cet imaginaire pactole : perchée sur son rocher, la communauté réfugiée à Montségur ne pouvait produire aucune nourriture. Elle achetait donc ses vivres aux paysans de la plaine, mais aussi le silence et la complicité de nombreuses personnes lors des déplacements clandestins des cathares. C'est pourquoi elle avait besoin de quantités d'argent liquide, certes importantes pour l'époque, mais qui n'ont jamais eu l'ampleur d'un trésor. 

 
  

null 

 

 null 

Dressé tel un vaisseau aux rivages de pierres
Coincé dans les abrupts, empalé dans le temps
Il gît tel un écho tardif et solitaire
Hier il fût un château grandiose et avenant.

Les Chevaliers d'antan aux longues robes claires
Qui jouaient de leurs âmes fouettés par le grand vent
Ne viendront plus chercher l'asile et le repaire
Ne restent plus ici que ruines et hurlements.

Ils furent les victimes d'un siècle adultère
Qui pour la religion renia les plus grands
Se targuant de donner des leçons à nos Pères
Les Cathares étaient ces nobles ascendants.

Montségur habité des fantômes en errance
Continue de voiler un secret mérité
Bastion insoupçonné en des ruines immenses
Il garde pour les preux sa blanche intégrité.

Montségur de Mésange

 

 

 

 

DSK64-395-0510-6429.jpg

 

Le visiteur, transformé pour l'occasion en montagnard, emprunte un chemin difficile, sinueux, étroit, traversant des bois sombres pour accéder au château. Deux entrées sont possibles, soit par un petit escalier en fer au milieu du bâtiment, soit par la face nord-ouest. On se retrouve dans une cour fermée par une enceinte sans meurtrières ni crénelage, en partie constituée par la paroi rocheuse, autrefois recouverte de pierres. Cette cour intérieure témoigne encore de la rudesse du mode de vie dans cette citadelle. Imaginer près de 500 personnes entre ces murs dont l'espace était encore réduit par les structures défensives, écuries et maisons d'habitation, cela peut sembler difficile ... Heureusement, le culte cathare n'exigeait pas les murs d'une église.

 

 

 

null

 

Le donjon, rectangle de neuf mètres sur vingt, présente encore sa citerne et sa salle basse, ainsi qu'une archère, dernier instrument de défense en cas de siège réussi du château. Aucune communication n'existe aujourd'hui entre la cour et le donjon. Il faut donc emprunter une ouverture dans le mur opposé à la cour. L'intérieur, hélas, est entièrement ruiné. On sait qu'au dessus, se trouvait un corps de logis doté d'une cheminée et de fenêtres à banc de veille d'où l'on pouvait surveiller les alentours ou rêver devant l'extraordinaire panorama.

 

 

 

 

null

 

 

Dessin illustrant l'aspect du château de Montségur juste avant le siège de 1243/1244 .

Le siège dura 10 mois et se termina par un bucher le 16 mars 1244.

 

 

 

  null 

Là où les montagnes se dressent le plus haut au coeur du pays ariègeois, Montségur, le "mont du Salut" ou "montagne sûre" trône, impassible et inaccessible. Retraite ultime de la spiritualité cathare, il semble s'élancer, depuis toujours, vers les cieux.              Philippe-Emmanuel ANTOINE

 

 

 null

 

Tout en bas, au sud-est, s'aligne le petit village de Montségur. Juste derrière, la montagne de la Frau - montagne de l'effroi - "... Les montagnes sont noires et les vallées profondes ..." disait un croisé ; il est vrai que l'endroit était propice aux embuscades et n'a toujours rien de rassurant. C'est peut-être par contraste que le site s'appelle Montségur, ce qui signifie : la montagne sûre. 

Gilbert Roussel - Les plus belles balades en Pays Cathare

 

 

 

 null  

Maison de roc
Maison pétrie de sang-soleil
Maison lointaine comme l'âme des morts
Inaccessible berceau
Oiseau-navire
Maison aux murailles de ciel pétrifié

Montségur

Il y eut ici des meubles, des étables, des portails épais
Comme cinquante ans de vie d'arbre
Il y eut des tonneaux suant le vin
Aux quatre coins de la cour
Tandis que l'on posait des pavés
À grands coups de maillet
Sous les grands coups du soleil
Il y eut le bruit des métiers
L'odeur de toutes choses vivantes
Le pain et la viande
Le cri des enfants
Le ruissellement de l'eau dans les cuves

Puis des hommes au bout de leur vie
Ont gravi les escaliers
Pour se perdre au-delà des nuages

Car Montségur est le faubourg d'une ville invisible
Maison-frontière entre la pesanteur et la grâce
Ciel descendant sur la Terre
Et soulevant la Terre au ciel

Il reste de longues vibrations d'insectes
Dans l'éternité des herbes
Il reste un chant de pierres blanches
Qui désormais connaissent la sagesse
C'est-à-dire leur poids exact de poussière

Et la muraille droite
Armure brisée contre la paroi du ciel
Armure désormais inutile de princesse éloignée
Sur le chemin de la paix
Il reste le soleil, fleur épineuse

Que fait vibrer le vent
Et là-haut
Le bruit du vent et le bruit du silence
Roulent ensemble dans la chaleur

Montségur porte ouverte
Hauts murs à l'ombre bienfaisante
Comme des souvenirs de lointaine enfance

Où sont les hommes aux regards sans paupières
Enfuis un jour de toi
Par la plus haute tour du feu ?

Ô mère gisante et douce
Déliée de tes morts par le temps et le haut amour
Sans effroi tu te souviens des chevaux fous
Emportant tes enfants aux longs bras de sarment sec
Endormis dans la douleur

Car tu fus bâtie au sommet d'une tempête
Pour porter témoignage de la sérénité

Lumière inscrite dans les pierres
Sagesse dans l'ordre des murs
Pur espoir au plus haut des marches
Montségur, maison de vérité
Le temps a rongé tes fers et tes charpentes
Effacé le sang de tes murailles
Brisé l'arme de tes bourreaux

Maison de savoir et de pardon
Te voilà délivrée dans l'immense paix du ciel ouvert
Nous pouvons désormais venir renouer le fil de notre vie
Après sept cents ans de rupture

Ô Père Saint
Dieu juste des bons esprits
Vois
Le temps, dernier maçon de ta demeure
A fini son œuvre

Il s'en va

Montségur - Henri Gougaud

 

  http://cdn100.iofferphoto.com/img/item/141/961/515/hb2m.jpg

 

Placé comme une verrue sur son pog, le château semble avoir été déposé par des mains de géant sur ce pic rocheux. Il est visible de loin, notamment lorsque l'on prend la vallée qui longe le Lasset, cours d'eau qui mène à la fontaine intermittente de Fontestorbes, en prenant la direction de Bélesta. En venant de Foix, le pog est particulièrement impressionnant en hiver, alors qu'il apparait au milieu des paysages dépouillés de l'Ariège.

 

  http://www.patrimoine-seixois.fr/blog/wp-content/uploads/2011/07/24.Montsegur.jpg

 

  [..] Nous interrogeâmes [notre guide] sur les origines de la forteresse. « Voyez-vous, nous dit-il, cette montagne que le col sépare de la montagne du château ? On l'appelle l'Aire de l’Espagnol. Eh bien ! Ajouta-t-il sans sourciller, les maçons se tendaient d'une cime à l'autre la truelle et le marteau.» La distance est au moins d'un kilomètre à vol d'oiseau. Telle est la stature que la légende suppose à ces prodigieux constructeurs qui font ressouvenir de Babel.

Légende du livre " En Ariège ! Histoire, Sites & Légendes" (page128) de Louis Gaussen 

 

 

 

 photo_234270_4229341_201004071639302.jpeg

MontségurMontsegur.gif

  photo_234270_4278975_201004083214547.jpeg 

 

Montségur lieu de culte solaire ?

Le catharisme est considéré par certains comme une religion solaire. Montségur ayant été érigé à la demande de l'Eglise cathare, et étant devenu le symbole du catharisme, il semblait évident que le château n'était autre qu'un monument solaire. Hypothèse hardie mais qui fait long feu. Il est de fait que le mur le plus épais est orienté plein est et qu'une des pointes des remparts indique le plein sud. Le donjon, au nord-ouest, est percé de quatre archères (ouvertures longues et étroites pratiquées dans une muraille pour tirer à l'arc ou à l'arbalète) qui permettraient de déterminer la position des levers de soleil. Le plus spectaculaire étant celui du solstice d'été où l'astre se trouve en parfait alignement avec ces archères. Il n'en fallut pas plus pour écrire livres et articles sur la question et auréoler le site de théories plus fumeuses les unes que les autres. Si on regarde d'un peu plus près, on s'aperçoit que Montségur est bâti tout simplement en suivant la ligne de crête. De plus, le château actuel n'a certainement jamais vu aucun cathare et, en huit siècles, a eu le temps d'être remanié par tous ceux qui l'ont occupé. Archères placées volontairement ici ou là ? Nul ne peut se prononcer formellement sur la question. Alors, Montségur lieu de culte solaire ? Rien n'est moins sûr ...

Gilbert Roussel - Les plus belles balades en pays cathare

 

 

 

 

PICT0010-1-.jpeg

 

Après la Croisade contre les Albigeois et l’annexion du Languedoc à la couronne de France, le sommet assez vaste du « pog » de Montségur fut le dernier refuge des Cathares. Ceux-ci vivaient dans un village de pierre et de bois, sous la protection du château construit en 1204 par Raymond de Péreille. Du haut de ce nid d’aigle, ils défiaient l’autorité royale et les tribunaux de l’Inquisition, lançant des raids jusque dans le bas pays. En 1242, le sénéchal de Carcassonne et l’archevêque de Narbonne furent chargés de mettre fin à cette situation.

 

 

 

null 

Le siège de Monségur dura tout l’été et l’hiver suivant, de mai 1243 au 1er mars 1244. A l’issue d’une trêve de 15 jours, la garnison se rendit et les 200 Cathares réfugiés dans le château, ayant préféré la mort à l’abjuration, furent brûlés. A l’emplacement supposé du bûcher, une stèle a été élevée à ces « martyrs du pur amour chrétien ». Montségur est ainsi devenu, pour les occitanistes, le symbole des libertés occitanes. Une légende s’est créée…

 

 

 

http://img.over-blog.com/300x383/3/00/39/37//Monts-gur2.jpg

 

 

Jour-de-givre1150939-1-.jpg

 

 

 

Ainsi s'achève notre promenade à travers le temps, les châteaux , les chevaliers et les parfaits ... Nul doute que vous aurez envie de grimper sur cette montagne singulière pour découvrir les traces de ce passé tragique ou simplement pour vous imprégner de la beauté des lieux, et laisser l'émotion vous envahir doucement ... Car légendes ou pas, trésor ou pas, histoire ou pas, on ne peut rester insensible à ce qui se dégage : nature ciselée de givre ou embrasée aux couleurs de l'automne, défilés des monts dans leur majesté imposante, pureté du ciel et des couleurs, grain des pierres et des vestiges, nous étreignent au coeur et on se demande parfois si, dans le silence, on n'entend pas le pas furtif des faydits, des albigeois, des "bonhommes" qui résonne sur le sentier ...

 

 

 

 

 

 

 

Mes Sources pour cet article :

 

Site internet : Château de Montségur Wikipédia et  Montségur Wikipédia

Site internet : portailcathare.org

Site internet : Montségur, 80 000 ans d'histoire

Site internet : Chateau.over-blog.net

Site internet : linternaute.com

Site internet : Montségur09

Le livre : Les plus belles balades en pays cathare, de Gilbert Roussel

La chanson : Montségur, de Claude Marti

Le poème : Montségur, de Julien Allaux

Extraits de "L'hymne à Montségur" de Napoléon Peyrat

La Chanson : Montségur d'Euphrasia (CD  légende l'Esclarmonde)

Extraits de la légende de la Dame Blanche, d'Adelin Moulis

Texte : Montségur, la tragédie cathare, de Joëlle Leslaud

Poème : Montségur, de Mésange

Extrait de "La symbolique de Montségur" de Pierre-Emmanuel Antoine

Poème : Montségur, de Henri Gougaud

 

Vous trouverez toutes les références des peintures et des photos (titre et artiste) en pointant la souris sur l'image 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bouygard 05/09/2015 23:27

Bonsoir,
J'ai créé une page sur Facebook qui s'appelle 4253'21'' : ce sont les coordonnée de la latitude de notre village dans les Hautes Pyrénées. Ce sont aussi celles du village de Montségur. L'idée c'est de rentrer en contact avec des gens qui habitent sous la même latitude, de Saint Jacques de Compostelle, en Espagne, les villages des Pyrénées, de Corse, d'Italie, de Croatie, des Balkans, de Géorgie, Russie, Kazakhstan, chine, Japon, Etats Unis et Canada : voulez vous faire ce voyage immobile autour de la terre avec nous, pour partager un peu et faire connaître aux autres nos villages, ou nos villes ?

Présentation

  • : Le blog de Clairedelune
  • Le blog de Clairedelune
  • : Plaisir de partager des poésies illustrées de peintures ou de photos, les randonnées et sites autour de Carcassonne, mes découvertes de champignons, de fleurs, de vaches, de portes, les créations en bois de mon père, les gîtes et hôtels chouettes testés ...
  • Contact

Traduction

Rechercher

Peintures du blog

Vous pouvez retrouver la référence de chaque oeuvre, nom de l'artiste et titre de la toile ou de l'illustration, en pointant la souris sur la peinture ou l'image. Si vous en êtes propriétaire et ne souhaitez pas qu'elle figure dans ce blog, vous pouvez me le signaler par message sur contact (dans la rubrique présentation juste ci-dessus). Elle sera aussitôt enlevée. Les photos sans référence sont prises par Clairedelune, ou plus rarement, leurs auteurs n'ont pas été trouvés.

Archives

 

 

 

autour de la cité carca

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65654943[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    http://3.bp.blogspot.com/-2qIkn-24z7U/TecWjhxbgPI/AAAAAAAAG3U/UDISHaoSzkM/s1600/normal_Lowell-Herrero-Autumn-Cows%252C-De.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

null