Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 11:30

Dernière rencontre avec Pierre Sansot, écrivain, poète et sociologue (1928 - 2005), qui livre ses réflexions sur la marche et ce besoin permanent d'emprunter les chemins de traverse ... Comme je comprends et partage cette nécessité de partir dans la nature et de se laisser guider par le sentier, oubliant tout ce qui n'est pas la beauté environnante. Surtout quand on a eu une semaine éprouvante au travail. Rien de tel pour se vider la tête, respirer un bon coup et retrouver la paix et la joie de vivre ! D'ailleurs j'y cours : dans la solitude des grands châtaigniers de la montagne noire, aux chants de l'eau vive des ruisseaux, au craquement de l'épais tapis de feuilles dorées où mon pied enfoncera et où j'espère dénicher quelques beaux champignons ...

 

http://artists.robertgenn.com/pal/lona_munck/lona-munck-art-hikers_big.jpg

 

La marche satisfait à la fois notre aspiration à une vie sociale authentique, comme notre besoin de solitude. Ce n'est pas rien de considérer avec des amis les mêmes paysages, de sonner le réveil, de décider de la halte, de déballer ses provisions ensemble, parfois de se donner du courage et de soulager un compagnon en difficulté. Puis arrive le moment de nous séparer avec un peu de tristesse, dans l'espoir d'une autre balade. La beauté, la fatigue se partagent et, lorsque nous nous souviendrons, nous associerons nos amis dans la mémoire de nos modestes exploits.

 

http://static.bbci.co.uk/arts/yourpaintings/images/paintings/msh/large/shef_msh_vis_2782_large.jpg

 

La personne que je rencontre sur un sentier m'apparaît aussitôt comme mon semblable. Je la salue. Elle me salue. Nous nous quittons sur un dernier signe amical. La solitude, la plus haute des solitudes est tout aussi possible, même dans un groupe. Il nous est donné de revenir à nous-même. Car une pareille solitude n'est pas celle d'un être isolé, d'un exclu. Elle se traduit par la capacité de nous resserrer, en quelque sorte de nous rejoindre, de faire taire ce qui en nous bavardait, jacassait. 

 

Hiker-de-Bethany.jpg

 

En présence de ce que la nature a de sublime et d'étrange, nous cessons de la recouvrir de nos paroles incontinentes. Chaque plante, chaque arbre, chaque sommet expire un silence pudique qui lui est propre. Pour faire silence en nous-même, nous devons y être incité par ce silence du monde que je viens d'évoquer.

 

http://3.bp.blogspot.com/_VUsnhJbajZQ/TBTDlJsYKTI/AAAAAAAAB5o/_QGtVF57a6k/s1600/R4+Taking+a+Look.jpg

 

Par l'effet d'une certaine usure du regard, parce que nous nous dispersons et manquons de vigilance, nous sombrons souvent dans la tiédeur, puis dans l'indifférence. Parce qu'il cotoie sans cesse la beauté, le marcheur n'a pas de peine à préserver sa capacité à s'émerveiller, à porter attention à ce qui lui est offert. Par suite de l'émotion, il lui arrivera de suspendre son parcours, puis il le reprendra, intrépide, friand, curieux.

        Randonneurs.jpg 

L'expérience de la marche développe deux qualités essentielles à la recherche de la sagesse. Etre sage, c'est composer avec le monde, avec ses humeurs, non point pour capituler, mais pour accueillir ce qui advient. Pour l'authentique marcheur, la pluie, la chaleur, les ombres, ne sont pas vécues comme des menaces, des outrages, mais comme d'incessantes métamorphoses qui nous touchent tout autant que le reste de l'univers. De là une certaine tranquilité de l'âme qui approche la sérénité

 

http://img.yessy.com/1533033942-31768b.jpg

 

D'autre part, la sagesse implique que nous échappions à toutes sortes de dépendances et que nous ayons acquis une autonomie. Peu de choses suffit au cheminant et ce peu lui apporte le fondamental jusqu'à accepter la pénurie, le dépouillement. Sur un plan matériel, il ne se surcharge pas du superflu. Mentalement, il n'a que faire d'obsessions qui le tracasseraient. C'est ainsi qu'on devient "un accro de la marche". Lorsque j'en suis privé trop longuement, je deviens irritable et tourne en rond. Je rechigne devant les décisions à prendre. Je me trouve véritablement en état de manque ... N'est-ce pas là une forme de dépendance ? Je le concède volontiers, mais il existe d'autres dépendances qui, elles, asservissent une personne au lieu de l'ouvrir et de l'enrichir. Comme le chemin le fait avec le marcheur.

   DIVERS2 7068

    D'après l'article "La Bonne Allure" du dossier "La France en marchant" GEO N° 284 Octobre 2002

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clairedelune
  • Le blog de Clairedelune
  • : Plaisir de partager des poésies illustrées de peintures ou de photos, les randonnées et sites autour de Carcassonne, mes découvertes de champignons, de fleurs, de vaches, de portes, les créations en bois de mon père, les gîtes et hôtels chouettes testés ...
  • Contact

Traduction

Rechercher

Peintures du blog

Vous pouvez retrouver la référence de chaque oeuvre, nom de l'artiste et titre de la toile ou de l'illustration, en pointant la souris sur la peinture ou l'image. Si vous en êtes propriétaire et ne souhaitez pas qu'elle figure dans ce blog, vous pouvez me le signaler par message sur contact (dans la rubrique présentation juste ci-dessus). Elle sera aussitôt enlevée. Les photos sans référence sont prises par Clairedelune, ou plus rarement, leurs auteurs n'ont pas été trouvés.

Archives

 

 

 

autour de la cité carca

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65654943[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    http://3.bp.blogspot.com/-2qIkn-24z7U/TecWjhxbgPI/AAAAAAAAG3U/UDISHaoSzkM/s1600/normal_Lowell-Herrero-Autumn-Cows%252C-De.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

null